Bureau Economique

SITUATION ECONOMIQUE
Le Sénégal a longtemps connu des taux de croissance parmi les plus élevés de la zone UEMOA (Union Economique Monétaire Ouest Africaine) .
Cette tendance s’est confirmée ces dernières années avec les réformes structurelles qui ont permis d’améliorer l’environnement économique du pays. Cette relance s’est opérée surtout à partir de 2014, période ou l’activité économique a connu une trajectoire favorable dans un contexte marqué par la poursuite de la mise en place du Plan Sénégal Emergent (PSE). Ce plan est un ambitieux programme de développement portant sur divers secteurs de l’économie dont notamment les infrastructures, l’agriculture et l’agro-industrie, les mines et le tourisme.
Cette embellie est également imputable au renforcement de la demande intérieure favorisée par la consolidation des investissements publics dans le domaine de l’énergie et des infrastructures. La baisse des prix des denrées de première nécessité a engendré une consommation assez satisfaisante des ménages en 2015 qui devrait se renforcer en 2016.
Le taux de croissance du PIB est passé ainsi de 4,5% en 2014, à 5,1% en 2015 et avait déjà progressé entre 2013 et 2014. Il est attendu à 6% ou plus en 2016.
PRINCIPAUX SECTEURS D’ACTIVITE :
Le secteur primaire emploie 46% de la population active et contribue à 15,8% du PIB. L’agriculture étant définie comme un des secteurs prioritaires du PSE, a connu ces dernières années un regain d’activité notamment dans la vallée du fleuve et vers le sud du pays ou d’importants projets de développement sont mis en place. Les principales cultures du Sénégal sont les arachides, le niébé, le manioc, les pastèques, le mil, le riz, le mais etc… L’horticulture prend également une nouvelle dimension tandis que la pêche constitue une source importante de recettes.
Le secteur secondaire contribue à 23,5% PIB et emploie 18% de la population active. Il est fondé essentiellement sur la production d’engrais et d’acide phosphorique, sur la transformation de l’arachide (huile et tourteaux) et des produits de la mer, sur la relance des industries du sucre, mais aussi sur le dynamisme des industries du ciment et des BTP.
Le secteur tertiaire contribue à 60% du PIB et emploie 22,4% de la population active. Il bénéficie en particulier de l’amélioration du réseau énergétique et surtout de l’excellence des infrastructures de télécommunication qui favorise les télé-services et l’internet. Ce secteur est en constante progression et le gouvernement du Sénégal entend développer une « smartcity » à Diamniadio à quelques encablures de Dakar, qui sera un hub pour les services numériques dans la région.
Le gouvernement du Sénégal continue d’effectuer des investissements considérables dans le secteur touristique. Les plages, la diversité des cotes, les parcs nationaux (Niokolo koba au Sénégal oriental, le Djoudj dans le delta du fleuve, les estuaires du Sine et du Saloum constituent les principales attractions du pays.
LES ECHANGES :
La part du commerce extérieur dans le PIB du Sénégal avoisine 75%. Les importations représentent toujours une bonne part, environ prés de la moitié du PIB. Le Sénégal importe principalement des minéraux et du pétrole, des céréales, des machines, véhicules et produits alimentaires.
Les exportations de biens et services contribuent à plus d’un quart du PIB. Les principaux produits exportés sont le carburant et le pétrole, les produits de la mer, les produits inorganiques, le sel, le souffre. Leader des exportations, les produits de la peche bénéficient depuis plusieurs années d’une modernisation des équipements portuaires et d’une industrie agro-alimentaire bien implantée.
Les exportations de produits halieutiques et d’huile d’arachide ont doublé en 2015 tandis que les importations sont restées stables.
Les principaux partenaires commerciaux sont la France, le Nigéria, les Pays-Bas, la Chine, le Mali, l’Inde, la Guinée, la Suisse etc…
Le Sénégal est membre de la CEDEAO et de l’UEMOA qui compte huit états membres avec un Tarif Extérieur Commun et une monnaie commune le Franc CFA. La BCEAO qui a son siège à Dakar, assure les fonctions de banque centrale pour tous les états de l’Afrique de l’ouest membre de la zone franc.